@2017 by Emma Goffinet Photography.

Travels - Istanbul 2019

October 22, 2019

Hello à tous,

Voilà je fais mon grand retour sur cette partie de mon site qui me tient à cœur, le petit blog, pour vous raconter mon escapade à Istanbul en aout dernier.
J’espère que cet article vous donnera envie d’inscrire cette sublime ville sur la liste de vos prochains voyages, si ce n’est pas déjà fait.

 

 




Infos pratiques :

Quand se rendre à Istanbul ? Je pense qu’il est préférable d’éviter l’hiver, mon mari ayant déjà été confronté à une tempête de neige là-bas et lorsque cela arrive, la ville est pas mal immobilisée. L’idéal c’est le printemps, ou encore l’automne. Nous nous sommes décidés à y aller en dernière minute donc nous avons choisi les dates selon nos agendas et selon le prix des billets. Nous sommes donc partis de fin aout à début septembre et c’était nickel. Il faisait très beau mais il y a pas mal d’air donc on ne sentait pas la chaleur. Je pense que la masse de touristes estivale était partie parce que nous ne nous sommes pas sentis étouffés par ceux-ci.
Avec quelle compagnie ? Je ne peux donner mon avis que sur la compagnie que nous avons choisie, c’est-à-dire Turkish Airlines. Il faut un peu regarder les prix selon les dates, cela passe du simple au double d’une date/période à l’autre. Nous avons payé 250 euros par personnes A/R avec bagage 30kg chacun + 8kg chacun en cabine. Je trouvais cela abordable en sachant que c’est un vol de 3h30 plus ou moins, que nous avons eu vol aller au matin et vol retour au soir et que nos avions étaient très bien équipés. Nous avions des écrans individuels avec une multitude de films à notre disposition, des petits oreillers si nous le souhaitions et le repas offert était tout de même bon pour un repas d’avion. Pour info, il faut choisir l’aéroport d’Istanbul (IST) car il y en a deux.

Combien de jours ?
Istanbul est une ville où l’on peut se rendre autant pour 2 jours que pour 2 semaines, tout dépend de ce que vous voulez y faire. Si vous partez un week-end par exemple (je conseille quand même 3 ou 4 jours plutôt que 2), cela vous fera un petit dépaysement et cela vous permettra de voir les monuments les plus importants d’Istanbul.Nous sommes partis 6 jours, et si nous avions voulu faire tout ce que nous voulions, 10 jours auraient été parfait. Mais 6 jours, c’était déjà très bien !Si vous partez 2 semaines, cela vous permettra en plus de visiter, de vous promener, de faire du shopping et de profiter du soleil si vous prenez un hôtel avec piscine.

Quelle langue faut-il parler ? Mon mari parle turc donc pour nous c’était très facile, mais il est vrai que si vous ne parlez pas la langue, je vous conseille de vraiment bien organiser votre voyage à l’avance, ainsi que vos itinéraires car je ne suis pas sûre que tout le monde parle anglais. Dans les magasins, ils parlent généralement anglais et dans les hôtels aussi bien entendu.
Quelle heure est-il là-bas ? Il faut ajouter une heure actuellement à Istanbul par rapport à la Belgique. Donc vérifiez bien avant de partir.

Qu’en est-il pour les communications avec nos smartphones ?

Il faut impérativement éviter d’utiliser votre smartphone en Turquie, hormis avec le wifi. Les sms et appels sont très chers vers la Belgique et ne parlons même pas de la 4G qui est hors de prix ! Si vous avez vraiment besoin de la 4G, prenez plutôt une carte prépayée lorsque vous arrivez là-bas, mais ce n’était pas donné non plus, en tous cas à l’aéroport.
Faut-il un visa ? Tout dépend de votre nationalité, si vous êtes belge il faudra payer 25 euros à l’aéroport pour obtenir un visa. Les Italiens par exemple, ne doivent pas prendre de Visa et peuvent entrer en Turquie  avec leur carte d’identité italienne.
Qu’en est-il des transports en commun ?
Istanbul est très bien desservie en transports en commun, les itinéraires sont plutôt clairs mais moi j’avais préparé les itinéraires à l’avance avant de partir, et pour les trajets improvisés, on regardait sur internet avec le wifi de l’hôtel.
Vous devez prendre une carte rechargeable qui s’appelle « Istanbulcard ». Lorsque vous la prenez, je pense que c’est aux alentours de 6 euros, nous en avions déjà une, gardez bien la preuve de paiement car vous pouvez la rendre et retoucher la caution à la fin de votre séjour. Cette carte se charge ensuite aux bornes présentes un peu partout dans la ville. Une carte suffit pour 2 personnes, il suffira de vous la passer pour pointer.
Quelle est la devise ? En Turquie, on paye avec des Livres Turques (affichés TL). Actuellement, vous devez diviser le montant approximativement par 6 pour voir à combien cela revient en euros. La vie à Istanbul n’est vraiment pas chère pour nous. Le taux de change le plus intéressant que nous ayons trouvé était au grand Bazar, donc ne changez pas trop d’argent d’un coup lorsque vous arrivez à Istanbul. Les paiements par carte et les retraits sont facturés, renseignez vous auprès de votre banque avant de partir. Pour nos dépenses, j’ai utilisé l’application « TravelSpend » qui est très pratique. Cela me permet de voir ce que j’ai dépensé en vacances, et l’application converti directement les montants en euros également.
Comment s’habiller ? Habillez-vous comme vous voulez, c’est une ville très libre et très moderne. Il faut juste veiller à se couvrir si vous souhaitez visiter des mosquées. Personnellement, j’avais pris un foulard, quelque chose de long pour les jambes et des coquettes (pour ne pas marcher pieds nus là où des milliers de personnes marchent :D) dans mon sac. Autrement, pour les mosquées touristiques, ils peuvent vous prêter de quoi vous couvrir.
Les chats et chiens errants : Âmes sensibles s’abstenir, vous verrez des petits chats et des grands chiens absolument partout ! Heureusement ils sont respectés par les habitants et les touristes. Les chats surtout, ont souvent à boire et à manger à leur disposition. Les chiens sont un peu plus délaissés malheureusement et je vous déconseille de les approcher on ne sait jamais. Les chats par contre, sont très dociles et câlins pour la plupart. Mon mari a acheté des pâtées en sachet sur place dans des petites superettes afin de nourrir les chats que l’on croisait sur notre passage.

 


Jour 1
 

Nous avons atterri vers 12h30, le temps de faire mon visa, récupérer les valises, charger notre Istanbul Card, nous devions attraper la navette. Vous devez prendre la navette Havalst jusqu’à l’arrêt TAKSIM. Un billet coûte 18TL par personne et le trajet dure entre 45 minutes et 1h30 en fonction du trafic. Pour nous, c’était 45 minutes.

Une fois arrivés à Taksim, il faut vous rendre à votre hôtel. Je vous conseille de préparer cet itinéraire à l’avance avant de partir. Vous pouvez aussi opter pour un taxi. Il faut prendre les taxis jaunes, car les bleus sont plus chers, ils fonctionnent avec une application et viennent vous chercher là où vous êtes. Les taxis jaunes, il faut les attraper au vol. Nous avons pris le taxi quelques fois sur notre séjour, cela nous revenait à chaque fois à 30TL (5 euros environ). Ce n’était pas cher du tout pour les distances parcourues. Maintenant, je ne sais pas comment les chauffeurs se comportent avec les touristes.. Demandez bien au chauffeur de mettre son compteur à zéro quand vous montez dans le taxi. Et renseignez-vous à l’avance sur la durée du trajet sur google map, afin de bien leur montrer que vous savez où vous allez et combien de temps cela doit prendre plus ou moins, afin de ne pas vous faire arnaqués.

 

Istanbul est divisé en trois parties : La rive asiatique, moins touristiques mais il y a quand même des belles choses à voir. Et la rive Européenne, qui est elle-même traversée par le détroit du Bosphore. Cette ville est immense et est peuplée d’une dizaine de millions d’habitants.

 

Nous avons opté pour deux hôtels et avons donc divisé notre séjour en deux, afin d’être proches de tout à chaque fois.
 


Pour les 3 premiers jours nous avons logé dans le quartier de Sirkeci sur une des rives Européennes, dans l’hôtel « Miss Istanbul ». J’ai choisir cet hôtel car il possédait une piscine, mais il y a peut-être d’autres hôtels sans piscine dans le quartier qui sont de meilleure qualité. Son gros atout, c’était son emplacement. Nous étions à 10 minutes des gros centres d’intérêts de cette partie de la ville et nous avions l’arrêt de tram « Gülhane » au bout de la rue. L’hôtel est situé dans un quartier assez animé, avec boutiques et restaurants, ce qui est sympa. Pour le reste, la piscine est un plus pour se détendre après une journée de visite, même si elle est petite et les transats ne sont pas nombreux. L’hôtel est joli et propre, par contre notre chambre était un peu vieillotte, mal agencée et pas très bien nettoyée. Mais nous sommes peut-être juste tombés sur une mauvaise femme de chambre .. Le petit déjeuner était moyen, vous mangerez mieux en ville ! Le personnel à la réception est très accueillant et disponible. En résumé, je vous recommande mille fois de loger dans ce quartier, mais regardez peut-être pour un autre hôtel. En tous cas, celui-ci n’était pas très cher pour sa localisation, nous ne regrettons pas d’y avoir logés.

 

 

Après une petite douche, direction « Sultanahmet » et « Aya Sofia » qui se situent l’une en face de l’autre, à 2 arrêts de tram de cet hôtel. Cette place, où se situent ces deux sublimes monuments, est magnifique. Cela a été un de mes coups de cœur du séjour. Nous avons commencé par visiter « Aya Sofia » car pour visiter la mosquée il faut respecter l’horaire de la prière. Après 10 minutes de file, et une entrée à 72TL (= 9,63 euros), nous entamons cette visite qui dure approximativement 1h. L’intérieur est sublime et je vous conseille d’aller jeter un œil à son histoire sur internet avant de la visiter. C’est une ancienne Eglise, devenue ensuite une mosquée et actuellement devenue un musée. De l’extérieur, et surtout en fin de journée au coucher du soleil, c’est l’un des plus beaux monuments que j’ai pu voir jusqu’à présent.

 

 

 

 



Nous avons ensuite visité Sultanahmet. La visite est à faire car c’est un incontournable, mais j’ai trouvé d’autres mosquées beaucoup plus belles que celles-ci.
 

 

 

Sur la place qui sépare les deux monuments, vous y trouverez, comme un peu partout dans Istanbul, des vendeurs ambulants de simits fourrés au nutella ou nature (petits pains ronds au sésame), de marrons chauds et de maïs grillés. Ces vendeurs ambulants donnent vraiment beaucoup de charme à la ville et je vous conseille de gouter à ces petites spécialités locales lors de vos balades.

 


Nous voulions ensuite visité la citerne Basilique enfouie (Yerebatan Sarnici) mais elle ferme à 18h contrairement à ce que j’avais pu lire sur le net. Nous y sommes donc retournés le samedi, mais sinon essayez de combiner car c’est à coté de Sainte-Sophie. C’est sympa, c’est un endroit qui abritait les réserves d’eau de la ville à l’époque. La visite est très rapide et pas chère. C’est dommage qui y fasse très sombre, on ne peut pas y faire de belles photos.

 

Nous avons donc décidé de marcher un peu pour aller voir la petite Sainte-Sophie, qui est une jolie mosquée non loin de là (450m de Sultanahmet). Cette mosquée est vraiment très jolie, il n’y avait presque personne et l’intérieur est magnifique.

 

 

 

 

 


Place au repas, ce ne sont pas les bonnes adresses qui manquent à Istanbul, au contraire, vous ne saurez plus où donner de la tête ! J’avais pris note de quelques adresses dans chaque quartier, pour éviter de manger dans des attrappe-touristes. Dans ce coin-là, je vous recommande de goûter du Köfte chez « Sultanahmet Köftecisi » mais celui qui est au numéro 12, car il y en a deux quasi côte à côte. Adresse : Divan Yolu Cd. 12 – Istanbul
Conseils : il y a un menu composé de Salade/soupe/2variétés de Köfte/riz/dessert
Prendre le Irmik Helvasi, dessert à base de semoule et pignon de pin.
Moi je n’ai pas goûté étant donné que je ne mange plus de viande, à part du poulet et de la dinde. Et mon mari a testé l’autre qui est dans la même rue et qui porte le même nom, car nous nous sommes trompés :D

 

N’ayant pas beaucoup de bonnes adresses dans ce coin-là, nous avons choisi en nous baladant et avons fini par manger chez « Rumeli ». C’était très bon ! Je recommande et cette rue remplie de restos, est très charmante.

 

 

 

 

Jour 2


Le lendemain, nous avons pris notre petit-déjeuner à l’hôtel et avons pris la route vers le Grand Bazar. Nous n’étions pas très loin et sommes partis rapidement après le petit-déjeuner car il est recommandé de s’y rendre en matinée pour éviter la foule. Je pensais que je n’allais pas aimer, mais finalement j’ai beaucoup apprécié. L’ambiance y est sympa, vous pouvez y trouver de chouettes souvenirs, pour vous et vos proches. Les négociations y sont de mises et les commerçants vous abordent dans l’allée mais sans être oppressants. On peut penser que nous allons nous faire arnaqués, mais finalement certaines choses y sont même moins chères qu’en ville. Nous avons acheté quelques souvenirs, notamment un set de verres à thé fait à la main, assez tendance à Istanbul, avec des motifs mordernes. Nous avons choisi le motif marbre noir et doré. Mon mari a ramené un jeu traditionnel en bois, le Okey, auquel nous adorons jouer. Mais attention, cela pèse tout de même presque 6kg, heureusement que nous avions de la marge :D

 

 

 

 

 

 
Avant de quitter le Grand Bazar, nous avons pris un thé et des baklavas, c’était très chouette de s’arrêt quelques instants dans cet endroit charmant.

 

 

 

 

 

Nous avons ensuite pris la route vers le « Bazar Egyptien » qui est principalement composé de vendeurs d’épices, fruits secs, .. . Malheureusement, il est conseillé d’y arriver avant midi également, maximum 14h, et nous y sommes arrivés un peu tard, du coup le quartier était bondé ! D’autant plus que c’était un jour férié (30 aout). Dans le bazar, cela allait encore, mais il est conseillé de faire des achats dans la petite rue qui sort du bazar et qui va vers la mosquée Rustem Pasa (Harsicilar Caddesi), et celle-ci était noire de monde. Du coup, je n’ai pas trop apprécié cette promenade, qui n’en était plus une. Nous nous sommes quand même arrêtés pour acheter du café turc dans le magasin « Kurukahveci Mehmed Efendi » situé dans cette rue.

 

 

 

 

Enfin sortis de cette effervescence, nous nous sommes rendus juste en face, au port d’Eminönü. Ce port est célèbre pour ses sandwiches au poisson « Balik ekmek salata ». C’est très bon, si vous aimez le poisson, et si vous trouvez une petite place au bord de l’eau, le contexte y est super !

 

 

 

 

A moins d’1km de là, vous avez la mosquée Suleymaniye qui offre apparemment une vue magnifique sur Istanbul depuis ses jardins. Mais nous n’avions plus le temps et le courage de nous y rendre.

Après un passage à l’hôtel pour se rafraichir, nous décidons d’aller visiter le palais Topkapi. Il y a plusieurs palais à Istanbul, notamment celui-là et celui de Dolmabahce, situé de l’autre côté de la rive Européenne. Je vous recommence d’en visiter au moins un. Nous avons opté pour celui-là car il était à 10 minutes à pieds de notre hôtel.


L’entrée coute 72 TL (=11,19€). Il faut faire une sacrée montée pour y arriver, et la file était importante pour acheter les billets. Cependant, si vous payez aux bornes, avec votre carte visa, vous évitez la fille. Autrement, vous pouvez acheter le Istanbulpass au début de votre séjour, qui comprend certaines entrées et vous évite les files.

 

 

 

 

 
La visite dure au moins 2h30. J’ai trouvé cela très joli, je ne regrette pas du tout cette visite. Nous n’avons pas souvent l’occasion de visiter des palais dans notre vie. Je vous conseille encore une fois, d’aller lire un peu son histoire avant votre visite car le guide audio n’était pas donné. Le gros point négatif, c’est que vous ne recevez pas de plan et que rien n’est indiqué à l’intérieur. Il est conseillé d’y aller en matinée ou fin d’après-midi (au plus tard vers 16h car cela ferme a 19h je pense).

 

 

Nous avons aussi visité le harem à l’intérieur (supplément de 42TL = 6,52€). Architecturalement parlant, c’était magnifique. Historiquement parlant, j’ai beaucoup hésité à aller le visiter. Ce lieu est chargé d’histoire et son histoire est plutôt glauque. Il s’y est passé beaucoup de choses sordides et je culpabilisais un peu de le visiter à vrai dire. Mais si cela ne vous dérange pas, c’est très joli.

 

 

 

 

 

 

Nous voilà exténués après cette visite et cette journée surtout. Les 3 premiers jours, nous faisions plus de 20.000 pas/ jour. Mais cela valait le coup.


Le soir nous avons diné dans un restaurant que j’avais repéré la veille. Après avoir vu les avis positifs sur le net, nous nous y somme rendus. Nous avons eu une table in extremis donc je vous conseille d’y aller tôt ou de réserver (votre hôtel peut le faire pour vous). Il s’agit du « 360 Panorama restaurant », qui comme son nom l’indique, offre une vue panoramique sublime sur Istanbul et surtout une vue directe sur Aya Sofia et Sultanahmet. Vous avez aussi le « Panoramic restaurant » pas très loin, dont les avis étaient également positifs.

Nous y avons super bien mangé, j’ai opté pour une spécialité « Karides güveç » : petites crevettes cuites avec des champignons, de la tomate et du fromage. C’était délicieux. En dessert, nous avons pris du « Katmer » et c’était un régal !!

 

 

 

 

 
Jour 3


Pour ce 3ème jour, nous avions d’abord prévu d’aller boire un café en matinée à Eyüp, au café « Pierre Loti » situé en haut d’une colline et offrant une belle vue. Cet endroit est excentré et cela nous aurait donc pris beaucoup de temps pour nous y rendre, ce sera donc pour une prochaine fois.

Nous avons donc directement pris la direction de Fener & Balat. Je vous recommande ce quartier, plein de charme, loin de l’effervescence du centre-ville.
Nous avons été en tram jusque Eminönü et de-là nous avons pris un bus pendant 10-15 minutes.

C’est comme un petit village typique, avec des maisons anciennes et très colorées. Ce côté ancien est contrasté par les cafés et restaurants tendances qui s’y sont installés. Ce quartier est protégé par l’Unesco et vous déconnecte pendant quelques petites heures. Nous nous sommes baladés, avons acheté des petits souvenirs (miel et confiture dans des petits pots trop mignons, idéal pour un cadeau) et avons mangé sur le pouce dans un endroit sympa. J’ai opté pour du Gözleme (Pâte feuilletée ou feuille de brique je ne sais pas trop, fourrée au fromage, servi avec des crudités sur le coté.) Mon mari a opté pour du Manti (raviolis turcs, fourrés au bœuf, avec une sauce yaourt et piquant et topping de votre choix. J’adore ça, mais à Istanbul on en trouvait pas sans bœuf, en Belgique on en trouve avec du soja dedans). C’était délicieux, et nous avons pris du jus d’orange frais. Vous en trouvez partout là-bas, ils sont délicieux et vraiment pas chers. Vous pouvez y visiter une Eglise Orthodoxe (ce sont les anciens quartiers Juifs et Orthodoxes de la ville), ainsi que la mosquée « Yavuz Selim ».

 

 

 

 

 

 

 



Après un temps de repos bien mérité à la piscine, nous nous sommes préparés et avons pris la route d’Üsküdar, situé sur la rive asiatique, pour y admirer le coucher du soleil.Üsküdar, c’est le spot pour aller voir le coucher du soleil à Istanbul, même si il y a plein d’autres endroits où c’est joli. Quand vous sortez de la station, il faut longer l’eau sur votre gauche jusqu’à la « Kiz Kulesi », qui est une petite tour située au milieu de l’eau. Là, le coucher du soleil vous offrira un spectacle sublime sur la ville d’Istanbul. Entre l’eau, les mosquées, les buildings, la tour au milieu de l’eau, le pont, .. On se croirait presque aux Etats-unis. Vous pouvez juste rester sur la « digue », ou aller vous asseoir sur les marches situées juste en face de la « Kiz kulesi ». Vous pouvez y boire un thé noir (spécialité turque, assez amer, il faut aimer, mais je m’y suis habituée J) et juste profiter ! Le point négatif, c’est que vous allez vous faire accoster assez souvent sur cette digue, pour acheter des roses, et les dames sont assez oppressantes. Ne les prenez surtout pas en mains, sinon vous êtes fichus vous devrez la payer. 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons ensuite été mangé au Katibim qui est sur le chemin en retournant vers la gare. C’était pas mauvais, mais c’est assez industriel. Mon mari a aimé son hamburger, moi j’ai été malade toute la nuit. Je pense que c’était frais, mais j’ai mangé trop gras et la fondue au chocolat était en trop. La vue y est jolie et ensuite vous pouvez descendre jouer au « Okey » ou aux cartes, au rez-de-chaussée. Par contre, c’est une zone fumeur donc non-fumeurs comme nous, s’abstenir.Pour cela, il faut se rendre à l’arrêt « Sirkeci » et prendre le Marmaray, qui est le nouveau metro rapide qui passe sous l’eau. Il traverse l’eau en 4 minutes, mais il faut compter 30 minutes pour arriver de l’autre côté, avec le temps d’attente et de marche dans les sous-terrains.Je vous conseille plutôt, si vous êtes à Üsküdar, d’en profiter pour aller visiter la nouvelle mosquée bleue « Camlica Camii ». Elle a l’air sublime, et je regrette vraiment de ne pas l’avoir vue. Vous pouvez aussi plutôt mangé au restaurant « Del mare » qui avait l’air succulent.C’est également un de nos plus beaux souvenirs d’Istanbul. Regardez bien l’heure du coucher du soleil à Istanbul sur internet, le jour où vous souhaitez vous y rendre. Pour nous, il se couchait a 19h30 et je vous recommande d’être sur place 30 minutes à 1h avant l’heure prévue du coucher du soleil.

 

Attention a bien regarder l’horaire du dernier métro vers votre hôtel, je pense que c’est 23h ou 23h30, à vérifier.

 

 

 

Jour 4
 

Le dimanche, c’était le jour où nous changions de quartier et donc d’hôtel. Mais c’est aussi le jour que j’ai perdu vu que j’étais malade ! Nous avons donc demandé à l’hôtel pour rester un peu plus longtemps que 12h pour que je puisse me reposer. Ils nous ont accordé cette faveur. Nous avons ensuite pris un taxi jusqu’à notre 2ème hôtel situé de l’autre coté de la rive Européenne dans le quartier de Sisli.

J’avais choisi le « Radisson Blu Sisli » et franchement, aucun regret ! Il était un peu plus cher que le premier, mais très abordable pour le prestige de l’hôtel en question. Il était aussi très bien situé, l’entrée est sublime ! Nous avons en plus été surclassés et avons donc passé notre séjour dans une suite qui était magnifique avec une vue très sympa sur le boulevard principal.

 

 


La piscine extérieure (il y a aussi une piscine intérieure) était magnifique et très grande, mais un peu trop froide. La chambre était très propre, le seul point négatif c’est le temps d’attente pour le check in : 2h.

Il y a une station de métro au bout de la rue ainsi qu’un grand centre commercial (« Cevahir »). Il y a un supermarché juste en face et plein de magasins dans la rue perpendiculaire. Le centre commercial ferme a 22h, ce qui vous laisse le temps de faire un peu de shopping. Par contre, ce sont les mêmes prix que chez nous.


 

Nous n’avons pas pris le petit-déjeuner inclus, car il était un peu cher via Booking. Mais nous avons déjeuner dans le restaurant de l’hôtel, sur la terrasse située à côté de l’entrée, le mardi et le mercredi et c’était délicieux. Les petits déjeuners continentaux me manquaient (Le petit déjeuner turc typique est constitué essentiellement d’ingrédients salés). Les prix étaient très corrects.

 

 

 

Jour 5

 



Le lundi, me voila en forme et l’estomac à nouveau prêt à accueillir un peu de nourriture (Merci antimetil et gaviscon :D). Le matin, direction le quartier de Galata pour prendre le petit-déjeuner au Konak café. Il offre une vue magnifique sur la vieille ville et c’était très bon et pas cher du tout. L’entrée ne paye pas de mine, vous devez monter jusque sur le toit. Nous nous sommes ensuite promenés dans le quartier (j’avais oublié de mettre la batterie dans mon appareil photo L). Dans ce quartier, se trouve la tour de Galata. Nous ne sommes pas montés dedans car il y avait beaucoup de file et la vue du Konak café nous avait suffi.

 

 

 

 

Nous avons fait les magasins dans le quartier à la chasse des derniers petits cadeaux. J’ai beaucoup aimé ce quartier qui est à la fois touristique et typique. Nous avons marché jusqu’à l’avenue Istiklal, qui est une grande avenue commerçante. C’est sur cette avenue que vous allez y voir un vieux tram rouge, comme on pourrait en voir à San Francisco. 

 

Nous avons mangé dans un petit resto Vegan «  Vegan Istanbul » où j’ai pu mangé des spécialités turques, mais sans viande (notamment le Lahmacun). J’ai trouvé ça très bon, hormis leur thé maison detox qui était imbuvable, mais mon mari évidemment aurait préféré de la vraie viande :D Je trouve ça top tout de même que ce genre de restos commence à ouvrir à Istanbul, ville où l’on trouve de la viande tous les 100 mètres. Nous avons ensuite été nous promener dans le quartier de « Cihangir ». Le quartier de « Cihangir » n’a pas beaucoup d’intérêt. C’est un quartier un peu boho, avec plein d’expats et des chouettes cafés/bars. C’est surement plus sympa le soir. 

 

Nous avons ensuite profité un peu de la piscine avant d’aller manger au « Eleos restaurant » avenue Istiklal. Il faut réserver, chose que notre hôtel a fait pour nous. C’était full. C’est dommage car la vue est très belle, j’aurais aimé une meilleure place. Je pense que c’est un resto grec, leurs spécialités ce sont les mezzes et le poisson.

J’aurais sûrement adoré ce resto si mon estomac était complètement remis, car c’était très bon mais très gras. Le poisson est souvent frit, etc…
Si vous voulez vous laisser tenter par une autre spécialité, buvez du Raki avec votre repas (alcool à diluer avec de l’eau).

 

Jour 6

Avant-dernier jour à Istanbul, en sachant que le mercredi nous devons nous diriger vers l’aéroport vers 15h donc dernière journée entière. Il faut choisir ce que nous allons faire, car il y a plein de choses que nous n’avons pas eu le temps de voir, notamment à cause de ma journée de perdue.

On décide de faire un tour en bateau sur le Bosphore. On se rend au port de Kabatas et regardons ce qui est possible. Vous avez soit le bateau Hop on Hop off qui est sympa.
Vous pouvez descendre à certains arrêts pour vous promener et remonter dans le bateau suivant qui passe toutes les heures. Nous ne voulions pas y consacrer la journée, nous avons donc opté pour le tour privé en petit bateau. C’est un homme qui est venu nous montrer son prospectus. Je vous avoue que je n’étais pas très à l’aise mais mon mari parlant la langue je lui ai fait confiance. C’était super, on a payé 50 euros pour 2 personnes pour 1h de bateau. C’est aussi un de nos meilleurs souvenirs d’Istanbul. Nous avons eu du thé, de la musique et une vue à en couper le souffle (avec le vent bien présent J).  Si vous êtes touristes, à vous de voir si vous avez confiance ou pas, mais méfiez vous quand même toujours de ce genre de prestations un peu clandestines.. Surtout si vous êtes entre femmes ! Et pas spécialement à Istanbul, mais partout dans le monde.

 

 

 

Nous avons ensuite pris un taxi direction Örtaköy pour manger un Kumpir. C’est une pomme de terre fourrée avec les toppings de votre choix. Vous en trouvez ailleurs à Istanbul mais on m’avait conseillé d’en manger là et je ne regrette pas car j’ai adoré ce spot !
 

 

 


Quand vous arrivez vous descendez au bord de l’eau vers la mosquée. La mosquée est sublime (nous n’avons pas vu l’intérieur), et la place est super charmante. Il y avait un petit marché de bijoux à côté (et de souvenirs), je pense qu’il est toujours là. J’y ai trouvé mes derniers souvenirs à petit prix.

 

 

 

Pour notre dernière soirée, nous avons donné rdv à l’oncle et la tante de mon mari qui vivent là-bas et qui nous ont emmené manger à Istinye (il y a un énorme centre commercial d’ailleurs par là), au bord de l’eau. Le resto s’appelait « Fish var », c’était très bons et vous mangez avec la vue sur le bosphore et sur le pont. Ensuite, nous avons pris le dessert en face, au bord de l’eau dans un endroit très romantique et charmant. Nous y avons mangé des Lokma (ce sont les croustillons turcs) et j’adore ça !!

Pour rentrer à l’hôtel, nous avons eu un tour privé en voiture de quelques quartiers que nous n’avons pas eu le temps de voir. Notamment Bebek, qui est un peu le St-Tropez d’Istanbul. Vous y trouvez plein de bonnes adresses branchées pour manger et boire un verre, des yachts, du luxe,..

Le dernier jour nous avons été promener dans le quartier et avons profité un peu de la piscine avant de reprendre la navette Havalst à Taksim vers l’aéroport. 

 

Pour organiser mon séjour je me suis beaucoup aidée du blog suivant www.leblogdistanbul.com qui est top et super complet ! 

 

A bientôt pour une nouvelle escapade, J'espère que cet article vous donnera l'envie de découvrir cette ville et vous aidera à organiser votre séjour si vous y aller :) 


Emma 







 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload